Journal du 14 décembre 2017

Publié le 14 Décembre 2017

Journal du 14 décembre 2017

 Voilà une nouvelle journée qui démarre. Bien que le soleil soit de la partie sous un beau ciel bleu parsemé de quelques nuages blancs, en ce qui me concerne c'est loin d'être aussi réjouissant!

 

 

 

C'est sans nul doute les suites de ma virée à Kehl conjuguée au temps changeant depuis hier. J'ai une crise d'arthrite carabinée: dos, hanche, genou!!! Voilà ce que c'est que se promener pendant près de 5 heures! Mes articulations n'ont pas vraiment apprécié de trimballer autant de kilos sur une durée aussi longue! Comme on me l'a fait si gentiment remarquer ce matin, je n'ai plus vingt ans! Qui plus est se l'entendre dire par quelqu'un que l'on ne connaît pas, c'est très réjouissant! Je dois tout de même préciser que cette dame a dit "nous"... Ça rassure, je ne suis pas la seule...

Bref, aujourd'hui, c'est anti-inflammatoires et repos le plus possible pour calmer la douleur.

 

 

Du coup, ça va être repos le plus possible avant de me rendre à l'école! J'en profite pour rédiger mon journal. 

Cet après-midi, ça va mieux. Les anti-inflammatoires semblent faire leur effet. Je peux me bouger! J'en profite pour faire une promenade digne de ce nom avec le chien. Après la balade éclair de ce matin, il mérite une sortie normale! De retour, il faut penser au goûter du chérubin. Je décide de tenter un gâteau de mon enfance: le cake tyrolien (noisette et pépites de chocolat).  J'ai enfin trouvé la recette! Une vraie réussite! Dixit bambin, le meilleur gâteau qu'il ait jamais mangé!

 

 

J'ai  satisfait une envie tout en me montrant raisonnable: mini-cake et une seule tranche! Lorsque l'on mange peu, on apprécie d'autant plus un mets! Le plaisir est plus intense! Avec modération, comme on nous le répète constamment, tout devient meilleur!

Ce soir, c'est plus difficile qu'hier. J'ai davantage envie de grignoter. J'espère tenir bon et ne pas craquer. Certains jours sont plus faciles que d'autres!

 

 

C'est vrai qu'aujourd'hui dut une journée plus difficiles que les précédentes. Ceci peut expliquer l'envie que j'ai de bouloter. J'essaie de réfléchir à ce que je ressens. J'ai en effet remarqué que mes envies de grignotage sous souvent liées à un afflux émotionnel que je gère mal... Jebdois reconnaitre que cela me fait du bien de pouvoir consigner cela noir sur blanc...

 

 

 

 

 

Rédigé par Christiane

Publié dans #Journal de bord

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article