Ah! ces pulsions alimentaires! Quelle engeance! Comment ne plus manger ses émotions ? (Partie1)

Publié le 1 Mars 2018

Ah! ces pulsions alimentaires! Quelle engeance! Comment ne plus manger ses émotions ? (Partie1)

Depuis quelque temps, plusieurs personnes me demandent comment je fais pour résister à ces fameuses pulsions. J'ai donc choisi de partager avec vous certains de mes astuces. Attention toutefois, je ne suis ni médecin ni thérapeute. Je suis juste une femme qui va mieux et a envie de partager les solutions diverses qui l'ont aidées et peuvent peut-être aider certains et certaines d'entre vous. 

Il faut le savoir: l'hyperphagie compulsive est une maladie. Elle est de plus en plus reconnue par le corps médical. Ne culpabilisez donc plus. C'est une des premières choses que j'ai retenues. Personne ne choisit d'être malade! Au contraire, on aspire tous à être bien portant. Cela n'a donc rien à voir avec un manque de volonté! Les causes de l'hyperphagie sont encore mal définies. Certains thérapeutes vous diront qu'ils ont trouvé le remède miracle. Si c'était vrai, le corps médical le saurait et la sécurité sociale prendrait en charge tous ces traitements. Ceci dit, certains traitements prônés par ces thérapeutes peuvent fonctionner sur certains patients. En effet, chacun est un cas particulier et doit trouver ce qui lui convient. 

Dans mon cas, l'hyperphagie est liée à une hyper émotivité, un trop plein d'émotions mal gérées, parfois remontant au passé. Ça va mal, je me sens mal, je suis malade et je mange, je me goinfre jusqu'à ne plus pouvoir rien avaler. J'étais même devenue championne pour m'arrêter pile avant d'arriver à régurgitation! Une bouchée de plus et

 

 

 

c'était direct aux toilettes! Et j'ai toujours détester vomir... 

Avec les années, les consultations (psy, médecins, nutritionnistes, etc...) m'ont permis de prendre conscience que mes pulsions se présentaient toujours quand j'allais mal. En période où je me sentais bien, mes pulsions disparaissaient, je perdais du poids... Dès que j'allais moins bien ou que j'étais stressée, mes pulsions revenaient au galop avec une prise de poids conséquente. J'ai donc commencé à chercher une solution pour gérer mon stress émotionnel.

Dans mes lectures, je suis tombée sur un petit livre de Flavia Mazelin Salvi.

 

 

Ce livre a été une révélation, en particulier le chapitre "Apprivoiser ses émotions". C'est la mise en pratique de ces conseils qui m'ont permis de progresser à pas de géant. (J'ai travaillé à fond dessus depuis janvier et depuis un mois je n'ai plus de pulsions!) Je vais vous en expliquer les grandes lignes.

  1. Prendre conscience de ses émotions
  2. Réguler ses émotions
  3. Faire face aux émotions des autres
  4. Développer son intelligence émotionnelle

 

1. Prendre conscience de ses émotions

Commençons par le premier sujet: prendre conscience de ses émotions. Petite définition: une émotion est une réaction physiologique de notre organisme aux stimulations extérieures. On en définit six: la joie, la tristesse, la colère, la peur, le dégoût et la surprise. Chaque émotion indique un besoin à satisfaire.

JoiePartager et maintenir l'émotion positive
TristesseÊtre réconforté
ColereObtenir réparation, établir un changement
PeurAssurer sa protection, anticiper
DégoûtRejeter, mettre à distance
SurpriseObtenir un temps de récupération

 

Une émotion peut être 

  • refoulée (on ne la laisse pas s'exprimer)
  • débordante (elle parasite nos pensées et peut nous empêcher de passer à l'action)
  • emmêlée (plusieurs émotions se mélangent)
  • travestie (elle va prendre la place d'une émotion jugée moins acceptable)

 

Ainsi une émotion peut en cacher une autre, particulièrement les émotions négatives. Lorsque l'on est en colère, il peut être par conséquent intéressant de s'interroger sur son émotion. Un moyen: si je n'étais pas en colère, je serais comment? Je ressentirait quoi? La réponse nous permet de commencer à ressentir cette émotion ce qui va permettre de faire redescendre le stress émotionnel.

Maintenant, je vais vous parler d'une émotion très perturbatrice: l'émotion élastique. Qu'est-ce que c'est? Une émotion élastique est une émotion du passé qui ressurgit dans le présent. Un exemple vous permettra de comprendre.

Depuis quelques années, dans certaines situations bénignes, je me mettais invariablement en colère après mon mari. J'avais bien conscience de ces excès, mais ne savais comment y remédier et ne comprenais pas pourquoi j'avais ces réactions. Après avoir découvert les émotions élastiques, j'ai compris que c'en était justement une. J'ai commencé à chercher pour retrouver ma première colère, mais ne voyais pas. J'ai poursuivi ma réflexion en cherchant quand cela avait commencé. Je me suis aperçue que cela avait démarré peu après le décès de ma meilleure amie. Et là, bingo! J'en voulais à celle-ci de m'avoir laissée, mais comme ça ne se fait pas d'être en colère après une personne décédée, je l'ai refoulée et par la suite, c'est mon mari qui a trinqué! Lorsque j'ai pris conscience de mon émotion, il m'a suffit de la reconnaitre pour que les choses se calment. Depuis, je n'ai plus jamais explosé comme je le faisais.

 

2. Réguler ses émotions

Mettre des mots sur ce que l'on ressent permet de prendre de la distance avec une émotion perturbatrice. Refouler ses émotions, au contraire, nous conduit tout droit à la catastrophe.

On peut refouler ses émotions de diverses façons:

  • Bloquer sa respiration
  • Se ronger les ongles
  • Fumer, boire de l'alcool ou du café
  • Parler vite et beaucoup
  • Être hyperactif (attention, on ne parle pas du syndrome médical)
  • Dormir beaucoup

 

Un des premiers moyens pour bien gérer ses émotions consiste à les ressentir. Accepter une émotion permet également de mieux la gérer. Pour cela, il suffit de se dire (mentalement ou à haute voix), je suis en colère, je suis triste, etc... et la tension redescend. 

Personnellement, lorsque je suis sur le point de craquer sur de la nourriture, maintenant je me demande ce que je ressens (pas pourquoi j'ai envie de craquer!), juste qu'est-ce que je ressens? Et le simple fait de me dire "je suis triste, je suis en colère..." suffît à atténuer grandement mon envie de manger, voire la faire totalement disparaitre. Du coup, je ne "mange plus mes émotions".

Lorsqu'une émotion est trop perturbatrice, trop envahissante, la meilleure solution peut être une diversion. Dans ces moments-là

  • Respirez profondément 
  • Sortez marcher
  • Comptez lentement jusqu'à 10
  • Dressés des listes
  • Parlez à un proche
  • Méditez

 

J'ai mis pas mal de temps à digérer ces deux premiers points. Je traiterai donc les points 3 et 4 dans un prochain article. Ces deux premiers sujets m'ont permis de déjà bien progresser dans la gestion des pulsions alimentaires. 

 

 

 

 

 

Rédigé par Christiane

Publié dans #Informations, #Articles de fond

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article