Ah! ces pulsions alimentaires! Quelle engeance! Comment ne plus manger ses émotions ? (Partie 2)

Publié le 3 Mars 2018

Ah! ces pulsions alimentaires! Quelle engeance! Comment ne plus manger ses émotions ? (Partie 2)

Dans la première partie, nous avons vu qu'il existe six émotions qui appellent toutes à combler un besoin spécifique. Nous avons également appris qu'une émotion peut être refoulée, emmêlée, débordante et/ou travestie. La situation se complique lorsqu'une émotion s'avère de plus être élastique.

Il convient donc d'analyser et interroger ses émotions: si je n'étais pas en colère, triste, etc. qu'est-ce que je serai? Je ressentirai quoi? J'explose souvent pour des raisons futiles et ma colère est disproportionnée par rapport au fait: rechercher dans son passé la colère cachée ou l'émotion cachée derrière cette colère. Quand ai-je commencé à exploser de cette façon? Trouver la première colère ou l'émotion cachée derrière permettra de résoudre le problème latent.

Nous avons découvert que le meilleur moyen de réguler ses émotions est de les accueillir et les ressentir. Cela permet entre autres d'éviter de "manger" ses émotions. Lorsqu'une pulsion apparaît, s'interroger sur son ressenti permet de diminuer grandement la pulsion jusqu'à la faire disparaître.

Nous allons maintenant voir les points suivants.

 

3. Je fais face aux émotions de autres

 

 

 

On est tous soumis aux émotions négatives des autres. Celles-ci sont contagieuses et savoir comment y faire face est nécessaire pour notre bien-être. Il est important de pouvoir décoder les émotions des autres pour savoir y répondre pour nous protéger des plus toxiques.

Le premier moyen consiste à tendre une perche discrète et directe:

  • J'ai l'impression que ...
  • Je te sens...
  • On dirait que...

Éviter les affirmations (tu es en colère, tu es anxieux,tu m'en veux...). Exprimer son ressenti est un excellent moyen de faire baisser la tension.

Une fois identifiée l'émotion de votre interlocuteur, demandez-vous en quoi elle vous concerne et jusqu'où elle vous implique. Cela permet d'éviter de se sentir coupable et/ou culpabiliser. Vous n'y êtes peut-être strictement pour rien!

Réagir à l'émotion négative de l'autre est l'une de erreurs les plus fréquentes. Une autre est de se sentir responsable.

Nous n'avons pas à subir les débordements des autres. Dans certains cas, mieux vaut interrompre le dialogue et le reprendre plus tard quand chacun aura retrouvé son calme. 

 

4. Développer son intelligence émotionnelle

L'intelligence émotionnelle est l'habileté à percevoir, comprendre et exprimer les émotions, les intégrer pour faciliter la pensée, ainsi qu'à réguler les émotions chez soi et chez les autres. Une des clés de l'intelligence émotionnelle: maîtriser son impulsivité.

Quand on commence à perdre contrôle, parler de sujets neutres permet de retrouver son calme. Si l'on veut régler un différend avec une personne, il est important de choisir le bon moment et le bon endroit, pour tous les deux, afin de pouvoir converser calmement.

Il est important également de trouver les bonnes personnes pour se confier. Avoir une personne de confiance avec qui partager permet également de se libérer de la pression due à certaines émotions.

Les personnes à qui vous pouvez faire confiance sur le plan émotionnel possèdent des caractéristiques précises. Vous pouvez être dans le partage émotionnel avec celui qui: ne vous juge pas, ne vous jalouse pas, se confie au tant que vous, n'a pas de conflit non résolu avec vous, sait exprimer ses émotions, respecte vos différences, ne vous intimide pas.

Il faut savoir qu'il n'y a pas d'intelligence émotionnelle sans empathie. L'empathie est la faculté de se mettre à la place de l'autre.  L'intelligence émotionnelle s'apprend et se cultive.

Les basiques de l'empathie

  • Adopter une posture physique d'accueil (bras décroisés, tête penchée)
  • Écouter avec attention
  • Ne pas porter de jugement
  • Ne jamais interrompre
  • Se focaliser sur le fond du discours
  • Ne dire "je comprends" que si c'est vraiment le cas
  • Ne pas interpréter

 

Pour de plus amples renseignements, je vous recommande le livre Mon petit carnet pour devenir zen en 20 étapes de Flavia Mazelin Salvi aux éditions Psychologies Magazine.

Bien gérer ses émotions permet de ne plus se laisser déborder par elles, d'éviter les craquages alimentaires ou autres, d'être plus serein, moins fatigué et j'en passe.

Personnellement, depuis que j'ai entrepris ce travail sur moi, je fais des progrès chaque jour: pas de craquage en février, moins de collations (autorisées) le soir, et moins de fatigue le soir quand je travaille à plein temps! Sans compter les disputes conjugales qui ont presque disparu. Je supporte beaucoup mieux la maladie de mon mari, ce qui est beaucoup plus agréable pour lui et lui permet de se sentir mieux.

Bref, je ne regrette vraiment pas de m'y être mise...

J'espère que cet article vous sera utile.

 

 

​​​​​​

​​​​​

 

 

 

 

Rédigé par Christiane

Publié dans #Articles de fond, #Informations

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article